Chine - Pékin

par My 7 Juin 2005, 22:00 Chine

Lundi 16 Mai, jour 2 : Pékin

En arrivant, mauvaise surprise, il fait gris ou plutôt il fait blanc. Même à l’aéroport, on a l’impression d’être au bout du monde. Ca tombe bien, on y est. Les files de taxi ininterrompues impressionnent. Les immeubles de la périphérie de Beijing me font penser à Malte,  à ces zones un peu à l’abandon, hors de tout. Et puis les ventilos qui occupent toutes les façades me rappellent les descriptions de Cuba par Zoé Valdés.

Notre passage obligé sur la place Tian an Men nous fait rapidement prendre conscience que la Chine est passée à l’ère du capitalisme effréné : du Mac Do à l’internet café en passant par les vendeurs de parapluie qui doublent leur prix en traduisant du chinois à l’anglais.

Comme il pleut, nous pouvons voir les hordes de cyclistes avec leur poncho de pluie de toutes les couleurs. Après un passage à l’hôtel et une sieste comateuse nous sortons à grand peine arpenter les rues avoisinantes à la recherche d’un «vrai» parapluie. Vrai, signifie : un parapluie qui ne se referme pas tout seul quand il est trop mouillé. A défaut de magasins de parapluie nous trouvons nombre restaurants, une pharmacie désespérément vide où discutent une demi-douzaine d’employées, des boutiques de cigarettes, d’anciens magasins reconvertis en dortoirs avec vue directe sur la rue et enfin un mini magasin d’alimentation où je vais fouiner.  J’en ressors avec une drôle de gelée aux litchis. Au dernier moment, je n’ai pas tenté les curieux liquides roses et verts avec de petites choses noires et blanches flottant à l’intérieur. J’ai également pris de curieuses gaufrettes au maïs et au chocolat qui ont été englouties en moins de 2. Je prévois d’autres passages prochains pour goûter ce que je n’ai pas osé prendre.

Nous retournons manger à l’hôtel où la salle de restaurant est déserte puisqu’il est déjà tard (19 h). Nous nous décidons pour des tranches de bœuf épicées et froides, des causses de petits pois grillés et une sorte d’omelette en lamelle. Quand nous demandons un dessert, les choses se gâtent. Il y a bien quelque chose qui se nomme salade de fruit sur la carte mais la photo du plat ne ressemble pas à l’idée que nous nous en faisons.

Après m’être assurée que le plat en question était bien composé de fruits (pommes, bananes, etc.) nous confirmons la commande. C’est là que nous nous rendons compte que la fameuse salade de fruit est assaisonnée de vinaigrette. Bon, après un temps d’adaptation on s’y fait…

On va se coucher pour essayer de récupérer de notre très mauvaise nuit dans l’avion et être en forme pour le lendemain.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

My 07/11/2005 11:13

Malisan > pas si incongru que ça qd on voit les barres grisatres d'immeubles à la communiste avec leur ventilos...

malisan 07/11/2005 01:34

zoé valdès retrouvée dans un carnet de chine... mmm incongru... j'aime ça (et elle aussi beaucoup)

My 08/06/2005 19:16

Pink > oui, je sais, je suis complètement inconsciente... manger un dessert ! Les photos devraient voir le ciel bleu arriver au fil des jours ;)
Loui > Ben voilà, tu sais où aller maintenant :) Si tu commences maintenant, tu pourras être prêt pour 2008...

Loui 08/06/2005 09:03

étrangement...ça me donne très envie d'y aller et en lisant et regardant les photos, je me suis enfoncé dans mon siège en soupirant...arf...

pinkpanda88 08/06/2005 06:16

oh là malheureuse, tu veux un dessert dans un restau? Dur dur...enfin après on s'habitue, et on trouve plein de délices sucrés, mais souvent hors des restaus.
Moi aussi j'ai été choquée quand mon collègue s'est dirigé vers le pot de mayonnaise amora, en me disant: "c'est pour la salade de fruits". Pardon?!

Ton récit-photo est bien sympa, j'attends le jour 3 avec impatience!

Haut de page